La Tannière de l’Ork Bourré

Taverne virtuelle et intemporelle
Subscribe

Seul contre tous et chacun pour soi…

juin 13, 2018 Par : HyiHyil DarkHope Categorie : Games

Le “Battle Royale” : jouer au lapin de garenne face à une armée de chasseurs…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Depuis la sortie mondiale de Playerunknown’s battlegrounds (surnommée PUBG ou [peug]), les jeux de type “Battle Royale” se sont multipliés allant de l’insupportable au superbe en passant par divers degrés de réussite et de qualité.

Le principe ?


Le principe de base d’un jeu de ce type est assez simple, c’est Koh Lanta en solo : on te lâche en slip sur une map plus ou moins grande et à toi de survivre face aux 99 non-copains qui doivent en faire autant pour, qu’à la fin, il n’en reste qu’un.

Ce mode de jeu est directement inspiré de l’œuvre éponyme où des lycéens doivent s’entretuer jusqu’au dernier, seul participant autorisé à rentrer chez lui à l’issue de 3 jours de lutte.

Les maps sont truffés d’armes, d’équipements et de bonus divers afin de permettre aux joueurs de se hacher menu, de se tirer dessus de près ou de (très) loin ou de se faire exploser joyeusement. Et pour s’assurer un maximum de dynamisme et un minimum de camping de la part de certains roublards, les développeurs ont recours à des ruses scénaristiques assez classiques sous forme de tempêtes tueuses ou bombardements violents, forçant les joueurs à rester mobiles.

Comment tout a commencé ?


PUBG a été un évènement vidéoludique qui a un peu chamboulé les habitudes de certains et exacerbé les volontés dominatrices de la plupart des agités à la gâchette facile issus de Call of Duty et équivalents. Porté par le moteur graphique Unreal Engine, cette reprise d’un mod de Arma III était une petite révolution lors de sa sortie mondiale en mars 2017. Et ça a marché, pour le plus grand plaisir du studio Coréen, PUBG Corp.

En contrecoup, le propriétaire du moteur Unreal, Epic Games, flairant l’aubaine et l’intérêt du public pour ce genre de jeu a aussitôt adapté un jeu déjà existant, Fortnite et lui a adjoint un mode de jeu gratuit très semblable à ce concurrent dès septembre 2017, pour le plus grand déplaisir de ce dernier. Et il faut dire que l’ambiance reste tendue entre ces deux entreprises, Epic développant des améliorations puis les exploitant AVANT de les transmettre à PUGB qui paie un loyer jugé exorbitant en échange. Pas très sympa tout ça mais ce sont les affaires !

Ainsi, PUBG Corp reproche à Epic de leur voler leurs idées mais également d’aller jusqu’à faire leur promotion en écrivant :

“Affrontez 99 autres joueurs dans un battle royale géant ! Comme Playerunknown Battleground, mais avec un style plus cartoon, plus fun ! Récupérez des armes, et tuez tout ce qui bouge !”

Vraiment pas très fair play tout ça…

Et ensuite ?


Par la suite, de nombreux studios ont voulu lancer “leur” BR. Que ce soit un jeu repensé, modifié ou un mode de jeu ajouté dans un jeu existant, il est aujourd’hui possible d’en trouver pour tous les goûts et en voici quelques uns :

H1Z1 (Battle Royale + Autoroyale)


Autrefois un jeu de survie face à des hordes de zombie, il intégrait un mode “King of the Hill” qui a été séparé du jeu initial pour être disponible gratuitement. Les Zombies en ont totalement disparu pour être remplacés par des joueurs totalement décérébrés dont le seul but est de jouer sans vous. Comme avec ses grands frères, vous sauterez en parachute sur une grande map très chargée en armes et équipements dont vous vous saisirez pour aller affronter les autres joueurs. Enfin, ça c’est si vous parvenez à toucher le sol en vie, évidemment…

Survivors : Battle Royale


Une autre adaptation gratuite mais en vue isométrique à la 3e personne. La difficulté vient du fait que le personnage (et donc le joueur) ne voit rien de ce qui se trouve dans son dos malgré l’angle de vue qu’offre la 3D isométrique. De quoi rager pour ne pas avoir poussé sa souris du bon coté !

CrossOut


Ce jeu vous met aux commandes d’un véhicule assemblé à partir de pièces éparses dans un monde post-apocalyptique proche de l’univers de Mad Max. Il fait partie des jeux ayant intégré un mode Battle Royale dans lequel le véhicule des joueurs est standardisé et dispose d’emplacements vides pour une arme principale, une arme secondaire, un moteur et un accessoire. A vous de ramasser des pièces ou de les arracher à vos adversaires vaincus pour améliorer ce buggy de départ et en faire une machine de combat.

Fistful of Frags


Un jeu assez classique, proche d’un counter-strike transposé dans un décor de far-west. Sa présence dans cette liste, comme pour le jeu précédent, s’explique par la présence d’un mode de jeu Battle Royale baptisé Grand Elimination. Son point fort, face à d’autres jeux de tirs, est sa large variété de modes de jeu.

La riposte


Face à la concurrence grandissante et à cause de leur propre bataille entre eux, les deux initiateurs de cette mode ont évolué à leur tour, proposant des variantes de jeu et de nouvelles maps. Ils proposent donc désormais de jouer en équipes, plus ou moins grandes, ou d’accomplir des objectifs précis.

De la même façon, les deux jeux (PUBG et Fortnite) existent également en versions mobiles gratuites sur Apple et Android. Et d’après ce que j’ai pu en voir, ça reste jouable et performant pour peu que votre appareil et votre couverture réseau le permettent.

Évidemment, dans la foulée, d’autres studios ont également sorti leurs jeux du même genre.

Et des avis ?


Après avoir posé la question autour de moi, il en ressort que les joueurs apprécient de se défouler sur de tels jeux en affrontant de vrais joueurs. Si certains préfèrent se faufiler et tuer leurs adversaires de loin et/ou en ninja, d’autres se la jouent Leeroy Jenkins et se lâchent en équipe grâce aux différentes possibilités offertes par les dernières évolutions.

Pour ma part, j’ai testé un peu Fortnite et encore moins PUBG quand un ami m’a partagé sa bibliothèque Steam et je vais citer Amaebi de Gamekult en disant :

Je vais être honnête, je ne connais[sais] pas très bien ces deux mastodontes du moment. Je préfère trucider des I.A. débiles dans les open worlds Ubisoft que de me faire buter comme un débile par d’autres joueurs, j’avoue. Tout ce que je sais, c’est que l’un et l’autre invitent une centaine de joueuses et joueurs à se parachuter presque tout nu·e·s sur une large map où les attend du loot à tout-va pour s’entretuer joyeusement jusqu’à ce qu’il ne reste plus que Christophe Lambert en kilt pleurant sur Who wants to live forever de Queen. En gros. (Amaebi pour gamekult)

Et on peut dire que mon avis a assez peu changé depuis. En effet, après avoir longtemps joué à des jeux comme Counter Strike et quelques équivalents, j’en suis venu à aimer le travail en équipe et n’apprécie déjà que moyennement les joueurs qui se la jouent solo et abandonnent leurs coéquipiers sous le feu ennemi pour sauver leurs miches virtuelles. Ensuite, après avoir fraggé mes frangins des millions de fois (en deathmatch ou en coop XD), j’en ai un peu soupé de cette manie de vouloir écraser l’autre pour lui prouver ma supériorité potentielle. Surtout quand la plupart du temps, c’est toujours lui qui est plus fort/mieux stuffé/meilleur trich… tireur (pardon !) que moi. Donc, finalement, jouer 30 secondes sur une partie de 30 minutes est suffisamment frustrant pour que j’en sois venu à abandonner ce genre de jeu.

Pour résumer, ces jeux sont avant tout pour ceux qui veulent prouver quelque chose ou qui sont adeptes du tryhard, du lose-to-win à répétition et des jeux où il faut beaucoup de skills.